•  

    L’espèce la plus utilisée, mais aussi la plus célèbre de l’Aloé, est l’Aloe Vera. Originaire d’Afrique du Nord, l’aloe vera est cultivée partout dans le monde et notamment en Espagne, au Mexique et dans le sud des Etats-unis. Les feuilles sont longues et dentées. Ce n’est qu’après 4 à 5 ans de croissance que l’on peut commencer à prélever ses feuilles pour la fabrication de remèdes ou de cosmétiques.

    Pour cultiver l’Aloé Vera, on procède au séchage de la pulpe par déshydratation à chaud ou la lyophilisation à froid. Ces méthodes consistent à obtenir une poudre ou une pâte. Le jus est reconstitué ensuite en mélangeant 199 litres d’eau avec 1 kilo de cette poudre ou pâte. Ce mélange est alors commercialisable sous le nom de jus d’Aloe Vera .

    Après la récolte, les feuilles sont broyées toutes entières sans épluchage. Un traitement par plusieurs passages (8 à 12) à travers des charbons actifs est nécessaire pour éliminer l’aloine néfaste.

    Il faut savoir que la chaleur, le froid et la filtration chimique détruisent les éléments actifs les plus importants de la composition du jus. Les éléments détériorés sont entre autre, les enzymes, les mono et polysaccharides et les mucopolysaccharides. Pour conserver les éléments actifs, il est primordial de s’assurer que :

    • les feuilles sont ramassées et décortiquées manuellement
    • le jus est obtenu par pression à froid (et non irradié, ni chauffé)
    • Sans eau ajoutée
    • Les + : Sans conservateur et sans colorant

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique